Jonasz à l’Opéra

Ce soir, dans le cadre du Monte-Carlo Jazz Festival à l’Opéra de Monte Carlo, super concert « Groove » de Michel Jonasz, mon chouchou Number one, avec plein de nouvelles chansons extraites du nouvel album.

Autant dire que j’étais aux anges surtout que j’ai eu le privilège d’être invitée dans sa loge après le concert (merci à mes amis Maité et Michel !).

Rien de tel pour oublier la fatigue d’une journée très dense consacrée au Festival PhotoMenton.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Jonasz sous les oliviers

J’ai retrouvé mon Sud mercredi soir et il y fait toujours très chaud.

Et ce soir j’étais dans le beau Parc des Oliviers de Roquebrune-Cap-Martin pour le concert de mon chouchou number one Michel Jonasz dans son piano/voix-Saison 3 avec Jean Yves d’Angelo au piano.

Super ambiance et super concert. Vivement le prochain en novembre avec son nouvel album !

En première partie Marjorie Martinez, chanteuse à la très belle voix, guitariste et compositrice de musiques mêlant blues,folk et jazz.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Jonasz à Nice

Soirée groupie à Nice, avec le concert de Michel Jonasz, mon chouchou number one, en quartet avec Manu Katché, Jérôme Regard et Jean-Yves d’Angelo, enrichi d’une section cuivre, pour le 3ème opus qui revisite les tubes du plus groovy des chanteurs ! 

Le meilleur de Jonasz avec des musiciens qui partagent le même ADN…

Toujours autant d’énergie qui fait du bien au moral !

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Au Théâtre ce soir

Ce soir  j’étais au Théâtre Princesse Grace de Monaco pour revoir

« Les Fantômes de la Rue Papillon »

de Dominique Coubes

Mise en scène de Dominique Coubes

avec Michel Jonasz, Eddy Moniot et la participation de Judith Magre en vidéo

L’histoire

Assis sur un banc, Joseph, un vieux juif solitaire, assiste au contrôle d’identité d’Haïssa. La situation dégénère, un coup de feu part, le jeune homme meurt… et devient, comme Joseph, un fantôme !

Observateurs invisibles, leurs discussions évoquent avec délicatesse, et non sans humour, les craintes, le racisme, les préjugés et les différents visages que ces maux revêtent au gré des époques. Une ode à la tolérance, à la fraternité et au dépassement de toutes les peurs que “l’autre” peut susciter.

Mon avis

Encore une magnifique soirée de Théâtre !

Un conte touchant, drôle et émouvant, une ode à la tolérance, à la fraternité déjà vu à sa création à Paris et revu avec grand bonheur surtout que c’était avec mon chouchou number one ! Et le jeune Eddy Moniot qui a repris le rôle de Haïssa est juste parfait.

Photos Internet



Au théâtre cet après-midi

En fin d’après-midi j’étais au Théâtre du Gymnase-Marie Bell pour voir mon chanteur chouchou number one mais cette fois-ci en tant que comédien dans

« Les fantômes de la rue Papillon »

écrit et mis en scène par Dominique Coubes

avec Michel Jonasz et Samir Seghir 

L’histoire

Le rideau s’ouvre sur un banc et son réverbère.

Sur le banc, Joseph, un vieux juif solitaire. Soudain, des halos de gyrophare… Le contrôle d’identité d’Haïssa, un jeune rebeu : « Tu descends de ta voiture et tu sors tes papiers ! », « Mais j’ai rien fait, M’sieur »… Ça dégénère, un malentendu, une bousculade, un coup de feu… Haïssa meurt sur le coup.
On entend une porte s’ouvrir lourdement, Haïssa entre en scène et tombe sur Joseph. La porte se referme magistralement.
Ce sont deux fantômes ! Tantôt riant, tantôt pleurant, nos deux fantômes font connaissance. Sur leur banc, ils voient la vie de la rue Papillon se dérouler devant eux.
Chacun raconte ses difficultés : pour l’un, l’occupation ; pour l’autre, les brimades d’aujourd’hui. Ils en arrivent à la triste conclusion qu’ils ont été tués pour les mêmes raisons fondamentales. Raisons fondamentales qui se nourrissent de  » la haine de l’autre « .

Un matin, Joseph découvre la Shoah.

A travers l’abomination de ce crime de masse à caractère industriel, bureaucratique et systématique, l’un et l’autre prennent conscience des conséquences paroxystiques que peuvent entraîner l’antisémitisme, le racisme et toutes autres formes de stigmatisation ethnique ou religieuse.

Joseph et Haïssa éveillent nos consciences sur le monde d’hier, d’aujourd’hui et celui de demain…

Mon avis

Un superbe moment de théâtre. De l’émotion, du rire, un magnifique plaidoyer contre l’antisémitisme et le racisme.

A voir !