Balade à Perinaldo

Nous terminons notre balade italienne par le village de Perinaldo, situé à 572 mètres d’altitude. 

Image
Image
Image
Image

Perinaldo a fait partie de la seigneurie puis du marquisat de Dolceacqua et, annexée à la France avec le Comté de Nice en 1793, chef-lieu de canton du département des Alpes-Maritimes avant d’être de nouveau italien. 

L’astronomie est très présente dans ce petit village. En 1625, le grand Giovanni Cassini y voyait le jour. Il sera suivi en 1665 par Giacomo Maraldi, son neveu, puis en 1709 par Giovanni Maraldi. Tous trois devinrent des astronomes reconnus.

Image

L’observatoire astronomique est situé à l’extrémité est du centre de Perinaldo.

Le Castello Maraldi, considéré comme la maison natale de Cassini, accueillit Napoléon Bonaparte et son général Massena durant la campagne d’Italie.

San Nicolò, église paroissiale: sur l’architrave de la porte droite se trouve la date 1489. Dans la nef droite on peut admirer le tableau « des âmes » attribué à Guercino et à son école.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Balade à Apricale

Encore quelques kilomètres et on arrive dans le magnifique village d’Apricale.

Ce village médiéval est situé dans l’arrière-pays de Bordighera, dans la vallée du Merdanzo, affluent de la Nervia au pied du Mont Bignone (1 299 mètres), à 13 kilomètres de la Riviera di Ponente.

L’origine du village semble remonter à l’âge du bronze. Officiellement, le village a été fondé au 10ème siècle par les Comtes de Vintimille, puis passa en 1276 aux Doria, seigneurs puis marquis de Dolceacqua.

Il appartient à la catégorie des Plus beaux villages italiens.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Balade à Isolabona

A quelques kilomètre de Dolceacqua on trouve le beau village d’Isolabona qui faisait partie du marquisat de Dolceacqua.

Image

Située en plein cœur du village, l’église et son joli clocher.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Le château d’Isolabona dont il ne reste que quelques ruines.

Image
Image
Image

Les ruelles étroites du village

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Balade à Dolceacqua/3

Lors de son séjour à Bordighera, le peintre Claude Monet découvre la vallée de la Nervia et Dolceacqua grâce à l’invitation de ses confrères anglais qui organisent une sortie.

Il écrira en rentrant « …l’endroit.. est superbe,… il y a un pont qui est un bijou de légèreté. »

Deux jours plus tard, il y revient seul pour peindre. Monet est saisi par la silhouette aérienne du pont en dos d’âne qui contraste avec la massivité du château à l’arrière-plan. Il fera en tout quatre toiles de Dolceacqua.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Continuons avec la découverte des ruelles du village médiéval.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Balade à Dolceacqua/2

Poursuivons la balade à Dolceacqua avec la visite de l’église paroissiale baroque Sant’Antonio Abate au clocher datant du 17ème siècle. On peut y admirer, à l’intérieur, le beau polyptyque de Sainte Devote, œuvre de Ludovico Brea.

Une église sans prétention mais qui mérite le détour.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image

A suivre…